Otite….Quoi faire ?

L’otite moyenne : qu’est-ce que c’est?

L’otite est une infection ou une inflammation de l’oreille. L’otite dite « moyenne » touche une petite cavité osseuse de l’oreille moyenne, située exactement derrière le tympan. Cette cavité est reliée par un conduit, appelé trompe d’Eustache, à une autre cavité, qui se trouve à l’arrière de la gorge et des fosses nasales (voir le schéma ci-dessous). C’est souvent par ce conduit que les virus ou les bactéries remontent vers l’oreille moyenne, à la suite d’un rhume ou d’une pharyngite (mal de gorge).

L’otite moyenne peut toucher toute la population, mais atteint surtout les enfants. Elle se traduit généralement par une douleur dans l’oreille et de la fièvre. Qu’elle soit causée par un virus ou par une bactérie (70 % des cas), l’otite guérit spontanément en quelques jours dans l’immense majorité des cas.

Prévalence

L’otite moyenne est une des infections les plus fréquentes chez l’enfant et le nourrisson. Avant l’âge de 3 ans, on estime qu’environ 85 % des enfants connaissent au moins une otite moyenne et la moitié d’entre eux en auront attrapé au moins deux. Mentionnons que l’administration à large échelle de certains vaccins, notamment le vaccin conjugué Prevnar® contre le pneumocoque (Streptococcus pneumoniae), le vaccin contre l’Haemophilus influenza et le vaccin contre la grippe, a permis de réduire légèrement la fréquence des otites chez les enfants2. Ainsi, en 2008-2009, seuls 50 % des enfants âgés de 2 ans à 3 ans avaient eu au moins une otite35.

Types

On distingue 3 types d’otite moyenne. Elles ont des causes et des symptômes différents.

  • Otite aiguë. Une infection de l’oreille moyenne qui dure en général de 7 à 14 jours.
  • Otite persistante. Une infection de l’oreille moyenne qui persiste plus de 6 semaines. Il arrive aussi qu’il y ait présence d’un liquide dans l’oreille moyenne pendant plus de 3 mois, sans signe d’infection ni douleur. Dans ce cas, il est question d’otite séreuse. Il s’agit souvent d’une complication de l’otite aiguë.
  • Otites récurrentes. Lorsqu’une otite aiguë réapparaît plusieurs fois dans une même saison.

Causes

Causes de l’otite moyenne aiguë

  • Le plus souvent, les otites sont la conséquence d’une infection virale, se manifestant d’abord par un rhume ou une pharyngite. Puis, en conséquence de l’écoulement nasal, les virus peuvent gagner l’oreille moyenne. Dans 60 % à 70 % des cas, une infection bactérienne vient ensuite s’associer à l’infection virale (on parle de surinfection bactérienne).
Lorsque la trompe d’Eustache enfle ou se bouche, les risques de contracter une otite moyenne aiguë augmentent. La trompe d’Eustache permet d’égaliser la pression de l’air entre les fosses nasales, l’oreille moyenne et l’air extérieur. Elle est aussi la voie d’évacuation des « déchets » de l’oreille. Parfois, après un rhume, le liquide d’inflammation est mal évacué par ce conduit. Cela entraîne une variation de la pression et une accumulation de liquide à l’intérieur de l’oreille moyenne, formant ainsi un milieu idéal pour la prolifération des microbes.

Causes des otites persistante et récurrente

  • La persistance de liquide infecté dans l’oreille, après une otite aiguë.
  • Un tympan perforé qui ne s’est pas refermé contribue à l’infection persistante de l’oreille moyenne.
  • Une rhinite allergique (ou rhume des foins) ou des allergies non traitées.
  • L’inflammation des glandes adénoïdes (lorsqu’elles sont infectées, elles peuvent bloquer les trompes d’Eustache).

Complications possibles

L’otite aiguë entraîne rarement de graves complications. Ses complications les plus fréquentes sont les otites séreuses et les otites récidivantes.

Les otites moyennes séreuses ou récidivantes peuvent entraîner une perte de l’audition. Celle-ci peut, dans certains cas, gêner et retarder l’apprentissage du langage chez l’enfant, d’où l’importance de les repérer et de les traiter.

Parmi les complications rares, mais toujours possibles des otites moyennes, on relève lalabyrinthite, la mastoïdite, la méningite, la paralysie faciale et le cholestéatome. La labyrinthite et la mastoïdite sont des formes d’otite interne.

En outre, lors d’une infection de l’oreille moyenne, le fluide interne exerce une pression sur le tympan, ce qui peut devenir très douloureux. Il peut s’ensuivre une perforation du tympan. Il s’écoule alors du pus ou du sang de l’oreille atteinte. Cela peut sembler inquiétant, mais la rupture de la membrane tympanique soulage la douleur et la plupart du temps guérit d’elle-même en quelques jours. Si la membrane tympanique se perfore souvent, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Symptômes de l’otite moyenne

Chez l’enfant et le nourrisson

Chez l’enfant, et surtout chez le nourrisson, les symptômes d’otite aiguë peuvent être trompeurs. Voici les plus courants.

  • De la fièvre souvent élevée.
  • Des douleurs à une ou aux deux oreilles, qui amènent l’enfant à se toucher fréquemment l’oreille.
  • Des pleurs, une irritabilité, des difficultés à s’endormir.
  • Un manque d’appétit.
  • Du liquide qui s’écoule d’une oreille.
  • Une baisse d’audition (l’enfant ne réagit pas aux sons faibles).
  • Chez certains enfants, l’otite se manifeste par des troubles digestifs (diarrhée, vomissements).

Bon à savoir. La majorité des enfants peuvent avoir du liquide dans l’oreille moyenne pendant 2 mois après que l’infection ait disparu. La plupart du temps, le liquide ne crée qu’un léger inconfort.

Les symptômes de l’otite séreuse. Les otites séreuses peuvent facilement passer inaperçues, car elles n’entraînent pas de douleurs aiguës. Le symptôme majeur est labaisse d’audition ou sa principale complication, le retard de langage. L’otite séreuse est très fréquente chez les enfants de 3 ans à 6 ans. Si vous remarquez que votre enfant entend mal, parlez-en à son médecin. 

Chez l’adulte

  • Une douleur pulsatile (rythmée par les battements du coeur) dans l’oreille, pouvant irradier jusque dans la tête.
  • Une sensation d’oreille bouchée entraînant une baisse de l’audition.
  • Un malaise général (manque d’énergie, irritabilité, difficulté à dormir, etc.), accompagné parfois d’une forte fièvre.
  • Des bourdonnements d’oreilles.
  • Parfois, un écoulement de sécrétions jaunâtres par le conduit de l’oreille (ce qui indique que le tympan est perforé).
  • Des vertiges, une perte d’équilibre, des étourdissements
  • Un rhume précède souvent l’otite moyenne.

Personnes à risque

En général, l’otite moyenne touche les jeunes enfants, notamment en raison de la forme et de la position de leur trompe d’Eustache (étroite et positionnée de façon plus horizontale)1. En cas d’allergies, de rhume ou d’infection des voies respiratoires, le liquide qui se forme a tendance à stagner dans la trompe d’Eustache, créant un milieu propice à l’infection de l’oreille moyenne. Les enfants sont aussi plus sensibles aux otites et aux autres infections en raison de l’immaturité de leur système immunitaire.

  •  Les enfants dont les frères ou les soeurs ont eu des infections récurrentes à l’oreille.
  • Les enfants ayant des antécédents familiaux d’allergies (asthmeeczémarhinite allergique, urticaire, allergie alimentaire) ou étant eux-mêmes allergiques. Certaines études ont révélé un lien entre des otites récurrentes et l’allergie au lait de vache chez les enfants3, 4.
  • Les enfants trisomiques.
  • Les enfants atteints de fente palatine.
  • Les enfants nés prématurément5.
  • Les garçons courent un peu plus de risques que les filles, pour des raisons qu’on ignore.
  • Les personnes présentant un dysfonctionnement de la trompe d’Eustache qui facilite l’accumulation du liquide dans l’oreille moyenne.
  • Les Inuits du Canada, les Amérindiens et les Alaskiens, en raison de la forme de leur trompe d’Eustache.

Facteurs de risque

  •  La fréquentation d’une garderie ou d’une crèche.
  • L’exposition à la fumée du tabac ou à des niveaux élevés de pollution.
  • L’alimentation au biberon plutôt que l’allaitement au sein (voir la section Prévention).
  • L’alimentation au biberon en position couchée.
  • L’usage fréquent d’une suce (tétine), surtout après l’âge de 10 mois36.

Prévention de l’otite moyenne

Mesures préventives de base
Se laver les mains régulièrement. Apprendre aux enfants à en faire autant. Il s’agit du principal moyen de prévenir le rhume, qui peut mener à une otite.Éviter l’exposition à la fumée secondaire du tabac. Les enfants exposés à la fumée secondaire courent beaucoup plus de risques d’attraper des otites. Sans compter que la guérison est souvent plus longue. Il est prouvé que les enfants dont les parents fument à la maison ont jusqu’à 4 fois plus d’otites que les enfants qui vivent dans un environnement sans fumée. La fumée secondaire nuit au bon fonctionnement de la trompe d’Eustache et aux propriétés protectrices de la muqueuse du nasopharynx.Choisir une garderie de petite taille, autant que possible. Plus le nombre d’enfants à la garderie ou à la crèche est important, plus l’enfant s’expose au risque de contracter des rhumes.

Privilégier l’allaitement au sein, autant que possible. D’après les experts de la clinique Mayo, aux États-Unis, les bébés nourris au biberon courent 2 ou 3 fois plus de risques d’infections auriculaires que les nourrissons allaités6. L’allaitement renforce les défenses immunitaires du bébé. Il fait aussi en sorte que la trompe d’Eustache se bloque moins facilement, pour des raisons encore inexpliquées. Une méta-analyse publiée en 2006 indique que l’allaitement exclusif pendant les 4 premiers mois de vie, et jusqu’à 6 mois dans la mesure du possible, réduit le nombre d’otites moyennes aiguës chez les enfants âgés de 6 mois à 2 ans7.

Bien utiliser le biberon. Il est essentiel que le bébé soit dans une position plutôt verticale qu’horizontale pendant qu’il boit son biberon. De plus, il ne faut pas laisser un enfant s’endormir avec un biberon, car cela augmente non seulement le risque d’attraper une otite, mais aussi celui d’avoir des caries.

Mesures pour prévenir les otites à répétition
Déceler les aliments allergènes et les éviter. Certaines données suggèrent que la prévalence d’allergies alimentaires est plus élevée parmi les enfants souffrant d’otites8-10. En 1994, une étude a révélé que la moitié des enfants souffrant d’otites séreuses récurrentes étaient allergiques à des aliments9. De plus, chez 86 % d’entre eux, une amélioration de l’état de santé se faisait sentir en supprimant les aliments en question.Traiter les allergies respiratoires. Les otites à répétition peuvent être provoquées par une rhinite allergique non traitée.Ne pas fumer. Chez les adultes qui font des otites à répétition et qui fument, l’arrêt dutabagisme est recommandé.

Prendre de faibles doses d’antibiotiques. Le médecin suggère parfois aux parents de donner de faibles doses d’antibiotiques quotidiennement à leur enfant s’il fait des otites à répétition (3 otites en 6 mois ou de 4 à 6 en 1 an) afin de réduire la fréquence des infections. Idéalement, les antibiotiques ne devraient être administrés qu’au moment où l’enfant est le plus sujet aux infections de l’oreille, et pendant 6 mois au plus.

Restreindre l’usage de la suce. Les jeunes enfants à qui l’on donne une suce (tétine) souffriraient davantage d’otites moyennes de façon répétitive11, 12. D’après des études, dont la majorité portait sur des enfants âgés de 1 an ou moins, le risque d’otite moyenne aiguë serait accru d’environ 25 % chez ces enfants, comparativement à ceux qui ne l’utilisent pas du tout. Plus la suce est utilisée souvent et longtemps, plus le risque semble augmenter. Il est possible que le mécanisme de succion gêne le fonctionnement de la trompe d’Eustache11.

Pose d’un tube de drainage dans le tympan. En permettant l’évacuation du liquide d’inflammation, le tube peut diminuer les récidives et, du même coup, améliorer l’audition chez certaines personnes atteintes d’otite séreuse.

Traitements médicaux de l’otite moyenne

Pour l’otite aiguë

Analgésiques. La pression qu’exercent les liquides d’inflammation sur le tympan peut être très douloureuse. En outre, l’otite aiguë s’accompagne souvent d’une forte fièvre. Pour soulager fièvre et douleurs, l’acétaminophène (par exemple, Acet®, Tempra®, Tylenol®) ou l’ibuprofène (par exemple, Advil® ou Motrin®) sont généralement efficaces. Certains analgésiques sont offerts aussi sous forme de gouttes à déposer dans l’oreille (Auralgan®).
Attention.
 L’acide acétylsalicylique (Aspirine®) ne devrait pas être donné aux enfants. Opter plutôt pour l’acétaminophène. En effet, l’aspirine peut provoquer le syndrome de Reye, une maladie potentiellement fatale qui s’attaque au cerveau et au foie.

Surveillance accrue. Environ 80 % des otites guérissent spontanément sans traitement par antibiotiques, en l’espace de 2 à 14 jours13. C’est la raison pour laquelle la Société canadienne de pédiatrie recommande désormais une surveillance vigilante durant 48 à 72 heures de l’évolution de l’état de santé lorsque l’enfant a plus de 6 mois et présente des symptômes légers, plutôt que de prescrire rapidement des antibiotiques14. Pour soulager la douleur, on pourra avoir recours à des analgésiques.

Si les symptômes perdurent, consulter de nouveau un médecin ou utiliser une ordonnance d’antibiotiques donnée par le médecin au moment du diagnostic.

Antibiotiques. Si les symptômes sont graves (douleurs intenses ou fièvre supérieure à 39 °C ou 102 ºF) ou que l’enfant est âgé de moins de 6 mois, les antibiotiques sont généralement indiqués. La pertinence d’utiliser ou non des antibiotiques est évaluée avec le médecin. Ces médicaments sont surtout prescrits pour réduire le risque d’évolution de l’otite en mastoïdite ou en méningite. De 5 % à 14 % des enfants traités avec des antibiotiques guérissent plus rapidement de leur otite, de 1 journée en moyenne15. De 5 % à 10 % des petits patients subissent toutefois des effets indésirables liés aux antibiotiques, comme des nausées ou desdiarrhées15.

Pour traiter l’otite moyenne, les antibiotiques sont le plus souvent administrés par voie orale, sous forme de comprimés. L’amoxicilline est la plus fréquemment prescrite. Le traitement dure habituellement 5 jours pour les enfants de plus de 2 ans, et 10 jours pour les moins de 2 ans et pour ceux qui présentent des otites persistantes ou récurrentes. Certains enfants souffrant d’otites aiguës récurrentes peuvent recevoir un traitement préventif quotidien d’antibiotiques à l’automne et en hiver. Bien que ce traitement permette de réduire le nombre d’otites, il ne supprime pas totalement le risque d’infection de l’oreille. De ce fait, prendre des antibiotiques sur une longue période peut rendre certaines bactéries plus résistantes aux antibiotiques habituels.

Les antibiotiques sous forme de gouttes à administrer directement dans l’oreille sont surtout utilisés en cas d’otite externe, car ils ne traversent pas le tympan. Les gouttes servent parfois à traiter une otite moyenne, si l’oreille infectée est munie d’un tube transtympanique, ce qui permet alors aux antibiotiques d’atteindre le site de l’infection.

Attention

  • L’usage excessif des antibiotiques, ou encore leur mauvais usage (par exemple, ne pas prendre toute la dose prescrite), risque d’entraîner une résistance des bactéries à ces médicaments.
  • Les antibiotiques appliqués dans l’oreille finissent par détruire la flore bactériennenormale du conduit auditif, ce qui augmente alors les risques d’infection de l’oreille externe par des champignons.

Pour les otites persistante et récurrente

La consultation d’un médecin spécialiste (oto-rhino-laryngologiste) est souvent recommandée lorsque les otites deviennent problématiques. Pour les formes récurrentes, il est essentiel de chercher l’origine des récidives.

Antibiotiques. En cas de récidive d’otite aiguë (otites récurrentes), on peut choisir des antibiotiques plus puissants. On prescrit aussi parfois des antibiotiques à dose faible pour une durée prolongée (plusieurs mois). En revanche, en cas d’otite séreuse, les antibiotiques à long terme ne sont pas indiqués.

Ablation des glandes adénoïdes. Si les glandes ou végétations adénoïdes sont volumineuses et obstruent les trompes d’Eustache, elles peuvent provoquer des otites récurrentes.

Antihistaminiques et décongestionnants. En cas d’otite liée à des allergies, les antihistaminiques et les décongestionnants sont parfois utilisés. Cependant, la preuve de leur efficacité n’est pas bien établie, et les antihistaminiques sont contre-indiqués chez les enfants pour cette indication37.

Drainage transtympanique ou tympanotomie. En cas d’otite séreuse qui altère l’audition, il est parfois nécessaire d’intervenir pour évacuer le liquide. L’insertion d’un tube dans le tympan pour drainer l’oreille nécessite une intervention chirurgicale. Chez les jeunes enfants, elle se pratique habituellement sous anesthésie générale. Le petit tube de plastique permet d’équilibrer la pression entre l’oreille moyenne et la cavité nasale en offrant une voie de sortie au liquide d’inflammation. On observe souvent que le tube réduit la fréquence des otites et améliore l’audition. Le tube s’évacue de lui-même au bout de 6 à 12 mois et le tympan se referme naturellement, sans dommages ni complications.

Dans tous les cas

Exercices pour équilibrer la pression. Pour soulager la douleur, il faut boire en grande quantité (eau, jus, bouillon). Le fait d’avaler souvent débloque la trompe d’Eustache, ce qui aide à rétablir une bonne pression dans l’oreille. Il est aussi bon de simuler le bâillement ou de mâcher de la gomme.

Conseils en cas d’otite 

Se reposer. Surtout lorsque la fièvre est présente.

Position au coucher. Pour ne pas exacerber la douleur, éviter de coucher le jeune enfant du côté de l’oreille infectée.

Chaleur sur l’oreille. La chaleur peut apporter un soulagement de la douleur. Appliquer une bouillotte, un linge réchauffé (mais sec) ou encore un coussin chauffant (à faible intensité).

Éviter la baignade tête sous l’eau. En augmentant la pression sur le tympan, l’eau peut entraîner une perforation du tympan.

Éviter de prendre l’avion et de pratiquer la plongée sous-marine, aussi longtemps que les symptômes d’otite moyenne persistent. Cela peut aussi augmenter la pression dans l’oreille moyenne et entraîner la perforation du tympan.

 

Éviter de mouiller l’oreille. Cette recommandation concerne surtout les personnes dont le tympan est perforé. Utiliser des bouchons d’oreille durant la baignade et toujours bien sécher les oreilles.

 

L’opinion du médecin

Le traitement des otites moyennes a changé au cours des dernières années. Auparavant, les antibiotiques étaient prescrits de façon systématique. Or, la plupart des otites moyennes guérissent spontanément. On peut donc attendre 2 ou 3 jours avant de prescrire des antibiotiques chez les enfants âgés de plus de 6 mois, lorsque les symptômes ne sont pas graves.Il est conseillé de consulter votre médecin dans les cas suivants : votre enfant a moins de 2 ans; les symptômes durent depuis plus de 2 jours ou s’amplifient; la fièvre excède 39 °C ou 102 °F; somnolence ou difficulté à respirer; du liquide s’écoule du conduit de l’oreille. 

Dr Jacques Allard, M.D. FCMFC

 

Révision médicale (avril 2011) : Dr Jacques Allard, M.D. FCMFC

Approches complémentaires

En prévention et traitement

Efficacité probable Xylitol. Sucre naturel contenu dans certains fruits (prunesfraisesframboises), le xylitol a fait ses preuves pour prévenir les caries lorsqu’il est ajouté à la gomme à mâcher, au dentifrice ou à des bonbons. Le xylitol inhiberait aussi la croissance de la bactérie Streptococcus pneumoniaequi peut entraîner des otites. Plusieurs études, dont une menée durant 3 mois sur 857 enfants en âge de fréquenter la garderie, ont révélé que la gomme à mâcher et le sirop contenant du xylitol, donnés 5 fois par jour, pourraient prévenir l’apparition d’otites moyennes32,33. Une autre étude a toutefois montré que pour obtenir des résultats probants, il fallait bien respecter le dosage et surtout la fréquence : de 8,4 g à 10 g répartis en 5 prises quotidiennes34.

Efficacité possible Préparation de plantes médicinales. L’application dans l’oreille d’extraits d’ail, de molène, de souci et de millepertuis dans une base d’huile d’olive, sous forme de gouttes tièdes, aiderait à soulager la douleur de l’otite moyenne aiguë de manière aussi efficace que les gouttes anesthésiantes vendues en pharmacie. C’est ce qu’indiquent les résultats de 2 essais cliniques menés auprès d’un total de 274 personnes souffrant de douleur à l’oreille liée à une otite moyenne aiguë30, 31. Les participants étaient âgés de 5 ans à 18 ans.

Le produit administré, fabriqué en Israël, se nomme « OtiKon Otic Solution ». Aucun effet indésirable n’a été rapporté. On trouve dans le commerce des gouttes similaires à celles utilisées pour l’étude. Une consultation médicale comprenant un examen de l’oreille devrait précéder l’utilisation de ces gouttes.

Avertissement. Certains experts déconseillent de mettre des gouttes dans l’oreille si le tympan est perforé ou si l’oreille coule.

Efficacité incertaine Homéopathie. Quelques études cliniques tendent à établir que l’homéopathie serait efficace pour réduire la douleur des otites moyennes et diminuer leur fréquence18-23. Cependant, la qualité méthodologique de ces études a été jugée plutôt faible par des experts indépendants24, 25. Mentionnons qu’une étude est parvenue à la conclusion que le traitement homéopathique (Pulsatilla D2) n’était pas plus efficace qu’un placebo26. Certaines de ces études employaient un traitement homéopathique personnalisé et d’autres un seul remède spécifique.

Efficacité incertaine Ostéopathie. Une étude publiée en 2003 indique que l’ostéopathie, utilisée en complément d’un traitement médical traditionnel de l’otite moyenne, permet de réduire le nombre de récidives de cette infection et de recourir moins souvent aux interventions médicales (antibiotiques, pose de tubes transtympaniques, etc.)28. Cette étude portait sur 57 enfants âgés de 6 mois à 6 ans. Une étude pilote conduite en 2006 appuie également le recours à l’ostéopathie pour traiter les personnes aux prises avec des otites moyennes récurrentes27.

L’ostéopathie est une approche que le Dr Andrew Weil29 recommande vivement pour traiter lesotites à répétition : « Lorsqu’elle est appliquée par un praticien adroit, cette technique peut souvent mettre fin à des cycles d’infection d’oreille, parfois avec un seul traitement. » Il rapporte que Bob Fulford, un éminent praticien de l’ostéopathie crânienne maintenant décédé, « croyait que la stagnation du liquide dans l’oreille moyenne – résultant d’une respiration difficile – était à la base du problème. Une douce manipulation (…) ouvre la respiration, ce qui, à son tour, aide à drainer le liquide hors de l’oreille moyenne. »

Approches à considérer Éliminer le lait de vache et ses produits dérivés. Selon le Dr Andrew Weil, les infections récurrentes de l’oreille chez les jeunes enfants sont souvent liées à la consommation de lait et de produits laitiers29. Selon lui, la caséine, une protéine du lait, peut irriter le système immunitaire et stimuler la production de mucus. Pour remplacer le lait de vache et ses produits dérivés, le Dr Weil recommande plutôt le lait de soya, de riz, d’amande, de chèvre ou de brebis. Cette théorie n’est toutefois pas appuyée par des études cliniques.

Approches à considérer Pharmacopée chinoise. Il existe plusieurs suppléments de plantes médicinales pouvant servir en cas d’otite. Voir sur notre site :

Remarque. Il n’est question dans cette fiche que de l’otite moyenne. Nous ne traitons pas de l’otite externe qui consiste en l’infection du conduit auditif externe et dont la forme la plus courante est l’otite du baigneur. Elle survient surtout l’été, l’eau dans l’oreille créant un milieu propice à la prolifération de champignons ou de bactéries. Son traitement est différent de celui de l’otite moyenne. Il ne sera pas non plus question de l’otite interne


Source

Recherche et rédaction : PasseportSanté.net
Mise à jour :
 avril 2011.